Le parc, un lundi matin

1 juin 2014 § Poster un commentaire

Les portes sont ouvertes, ça sent l’herbe mouillée, et un homme tout orange lessive le sol du parc à grandes eaux. Il est consciencieux, alors il frotte et récure. Y’en a qui passent juste un peu d’eau, comme ça, vite fait, mais lui il fait son boulot à fond.

Sur ce banc, comme chaque matin, un duvet qui respire est entouré de sacs. Le monsieur qui dort dedans ronfle fort, mais l’orange le laisse finir sa nuit. Il fait semblant de ne pas l’avoir vu mais il se bouche  le nez en passant à côté. Il lessive et passe la brosse à récurer tout autour, alors l’autre se réveille en grognant et sort la tête de son duvet. Les deux hommes se sourient ,vaguement complices.

L’homme en orange s’éloigne, et continue son travail. Encore trois parcs et la journée est finie. Il trouve que son boulot sert à quelque chose : finalement, c’est grâce à lui que les gens peuvent profiter d’un peu de vert dans la ville. Et que les gosses jouent. Il jette un œil sur un couple à sa droite, en ricanant. « Lire la suite »

Publicités

Rosette Poulbot 2.0

8 mars 2014 § Poster un commentaire

Mais qui es-tu, toi, Rosette Poulbot ? Qui me poke et me repoke.

Qui es-tu toi, qui retweete tout ce que je tweete ?

Peut-être es-tu blonde, ou bien brune ? J’ai essayé de fouiner, farfouiller, zyeuter dans ton profil, dans tes amis, mais je n’ai pas réussi à t’identifier… Je ne sais pas  si tu es belle mais je m’en fous.

Je reçois tes pokes avec émotion, je like tes post, tu likes les miens. On s’auto like, c’est le début de quelque chose. Je sursaute quand je reçois une notification, je tressaille quand ton nom s’affiche, je pâlis quand « Lire la suite »

La météo, pour quoi faire ?

26 février 2014 § Poster un commentaire

Demain, il va faire quel temps ? T’as pris ton écharpe ? N’oublie pas ton parapluie, chéri !

Anticyclone. Dépression atmosphérique. Cumulo nimbus. Cafouillo niglus.

Un sujet de conversation, une sinécure de tous les jours, un éternel concert. Tout tourne autour du temps qu’il va faire, ou qu’il a fait hier…

Les présentateurs météo ont de beaux costumes, des brushings au top. Les cartes sont pleines de couleurs, c’est un moment clé, surtout pas de place pour la fantaisie. Soleil, pas soleil, température au degré près, région par région, et même qu’on sait qu’il fera très précisément 30 degré à la Guadeloupe, hier comme demain.

En revanche, demain, dans ta région il fera FROID . Il y avait même des petits « Lire la suite »

Le train, ma tante, la fille et la page 74

18 juillet 2013 § Poster un commentaire

Ma tante, ses longs cheveux gris, son opinel pour couper les pommes et sa voix doucereuse. Ma tante ne critique jamais rien, ne dit jamais de mal de personne, pense que le train rend les gens aimables et milite pour la suppression totale des voitures en ville et ailleurs.

J’ai 13 ans, et je lis un livre qui parle d’aventures dans le train qui me ramène chez moi. En face de moi, une fille.

Ma tante me fait un sandwich à la pomme, j’ai un peu honte de le manger devant cette fille, mais j’ai trop faim.

Cette fille que ma tante abreuve de ses paroles.

Cette fille aux longs cheveux raides et à la moue boudeuse.

Cette fille qui va rendre visite à son père à Paris et qui vient d’avoir son bac. Option danse.

Je lève les yeux de mon livre de temps en temps pour la regarder et lui sourire.

Peut-être que je lui plais ? Ou est ce qu’elle me sourit juste parce qu’elle est polie ?

Je perds le fil de l’histoire, je lis toujours la même page. Encore et encore. La page 74. Je l’ai lue 100 fois mais je ne sais toujours pas ce qui s’y passe.

Je ne finirai jamais « Lire la suite »

Au cimetière

28 mai 2013 § 2 Commentaires

A Paris, les cimetières sont des parcs. On peut faire son jogging ou pique-niquer dedans. On peut même, si on veut, se marrer en regardant « Lire la suite »

Un matin avec Madonna

7 août 2012 § Poster un commentaire

Madonna rêve. Elle a 16 ans, et danse nue autour d’un crucifix, des hommes autour d’elle la vénèrent. Déesse pop. Le réveil sonne, un de ses tubes, périodes 90’s. Il est 5h30. Elle a du mal à ouvrir les yeux, ils sont collés. Elle se redresse sur les coudes. Elle a peu de cheveux sur la tête. Quand elle parvient enfin à décoller « Lire la suite »

Dans les films de Christophe Honoré

26 février 2012 § 3 Commentaires

Dans les films de Christophe Honoré, les mères sont plus belles et foldingues que leurs filles.

Les garçons aiment d’autres garçons. Ou ils aiment une fille qui ne les aime pas. Ou ils aiment plusieurs filles à la fois. Ou ils aiment une fille, et un garçon.

Ils sont bourgeois mais vivent dans les quartiers populaires de Paris. Ils n’aiment pas la campagne, ni les vacances.

Ils préfèrent avoir froid, ils ont des écharpes et des gants. Les maillots de bains n’existent pas. Le soleil non plus. C’est toujours l’hiver.

Quand ils vont mal : ils chantent.

Ils se suicident en musique, et ne mangent jamais.

Ils ne sont pas riches, mais ont toujours de l’argent. Ce n’est jamais un problème. Les problèmes sont partout ailleurs.

Ils partagent leurs cigarettes comme si c’étaient des joints.

Dans les films de Christophe Honoré, la dépression est légère, diffuse, universelle mais on s’amuse quand même.